« CROISSANCE FRANÇAISE ET INVESTISSEMENT IMMOBILIER »

D’après le Journal « Les Echos », le moral des ménages français a connu une hausse de 9 points entre Janvier et Juin 2019. Par ailleurs la hausse significative du pouvoir d’achats de ces ménages et la progression du taux d’épargne de leur revenu disponible (13,3% à 15,3%) indiquent une forte probabilité de hausse de consommation à court terme qui représente déjà (70% du PIB français) et donc un important soutien à la croissance économique. Cependant l’on note un solde commercial qui continue de se détériorer avec un déficit qui était déjà équivalent à 1,1 % du PIB, en 2017. Ce déficit est généré par celui des biens qui croit de 3,6% pour s’établir à 59,9 Md€ en 2018. « Le plan de relance de plus de 11 Md€ du Gouvernement » face au « Mouvement des gilets jaunes » pourrait donc avoir un effet multiplicateur moindre sur la croissance et détériorer les comptes publics si les français accentuent leur consommation des biens étrangers dans un contexte de tensions commerciales internationales où les exportations françaises bien que robustes décélèrent.

En revange il convient de relever comme l’indiquait une enquête de l’INSEE relayée par « Les Echos » en Mai 2019, les industriels Français ont l’intention d’augmenter leurs investissements de 11% or leur intention était de l’accroitre de 4% en février 2018. Evolution en grande partie induite par l’allègement du coût du travail et les facilités introduites en vue d’accroitre l’investissement et la production. Ces réformes ont également contribué à faire de Paris la seconde destination des investissements internationaux et la toute première qui attire les investissements en recherche et en développement. De quoi renforcer la croissance française et l’amélioration des comptes publics de son économie. Dans un contexte de taux d’intérêt extrêmement bas et de hausse de prix de l’immobilier, l’investissement dans la construction des logements devrait davantage intéresser les entreprises de ce secteur, mais aussi les Banques et les Fonds d’Investissement qui devraient financer le développement de ces entreprises. Le marché de la construction en bois a connu une croissance de 13% entre 2016 et 2018 pour arriver à 1,9 Mds €. Ce sous-secteur dépend de moins en moins des importations. On y observe la consommation du bois français qui atteint 80% du fait notamment de la montée de l’industrie de transformation du bois et de la compatibilité avec les normes environnementales. C’est donc un sous-secteur dont la consommation par les ménages français amplifierait l’effet multiplicateur du plan de relance du gouvernement français sur la Croissance.

EFA Office Cabinet Conseil en Développement des Activités Économiques

Post effectué le 14 Juillet 2019 sur la page Facebook de EFA Office : https://www.facebook.com/efaoffice/

Leave a Comment

Your email address will not be published.